hedwige.ch

Une petite famille dans un grand camping car

Flower

Post scriptum

Le 18 juillet, notre faisons une halte à Debrecen, en Hongrie.

Cette ville magnifique appelle à la flânerie, nous y visitons un superbe temple calviniste et nous promenons sur la place attenante.

Nous remarquons ensuite un restaurant japonais et ne résistons pas au plaisir de quelques sushis.

Nous rejoignons Hedwige bien plus tard que prévu, le temps du parcometre étant largement dépassé. Une belle bûche orne notre pare-brise mais, confiants, nous sommes sûr que la police municipale de Debrcen ne nous poursuivra pas jusqu’en Suisse pour un montant aussi dérisoire. La bûche terminera donc au caniveau.

Nous avons joué et perdu : la bûche nous a bien suivi, a été traduite en français et à gonflé au passage !

Chapeau la police de Debrecen, il y a même des photos pour éviter toute contestation !

Le tube de l’été

Tu as dansé tout l’été sur la voix trépidante de Cheryl Cole ? Notre tube de l’été à nous était nettement plus suave (et masculin), je ne résiste pas au plaisir le partager !

C’est tellement beau qu’on saisi le sens du clip sans comprendre les paroles,  mais à toutes fins utiles et pour les non turcophones, hosçakal, ça veut dire au revoir … il illustrera donc aussi le dernier billet relatif à ce voyage, en attendant le prochain 😉

L’art du résumé

Après quelques semaines de voyage, nous interrogeons Clovis sur ses premières impressions : Est-ce tu te sens bien ? Tu aimes ce voyage ?

La réponse est ciselée comme seul Clovis sait le faire : Oui, c’est bien, mais il y a plein de gens que je ne connais pas.

Le sabot

Nous arrivons à Rovinj en Croatie. Le parking destiné au camping cars est désert, l’automate pour payer n’accepte pas les billets et nous n’avons pas de monnaie. Nous décidons d’aller visiter Rovinj sans payer. A notre retour, Hedwige est immobilisée par  un sabot. Nous appelons le numéro indiqué sur l’amende et nous préparons au pire. Lorsque le contractuel vient retirer le sabot, nous découvrons que le montant de l’amende est inférieur à celui du parking.

Pisser sur Brancusi

Targu Jui, en Roumanie. Plusieurs oeuvre monumentales de Brancusi ornent les parcs, dont la « Colonne de la reconaissance sans fin ». Nous jouons dans le parc et Clovis est pris d’un besoin pressant. Il se soulage sans autre … au pied de ladite colonne » !

Good morning, sit down.

Kagisman, dans le Kurdistan turque. Une ribambelle d’enfants entourent Hedwige et une fille parle un peu l’anglais. Un garçon arrive et prétend parler l’anglais mieux qu’elle. Katja l’interroge : que sais-tu dire ? « Good morning, sit down ».

Choupinet à Çirali

A Cirali en Turquie, nos voisins turques avaient envie de manger des brochettes grillées mais il y avait un peu de vent (carrément beaucoup, en fait). La fille fait un feu avec une caisse en bois mais les braises s’envolent et mettent le feu aux broussailles environnantes. La fille appelle son éphèbe de copain à la rescousse, lequel prend une branche et fouette le feu, ce qui fait s’envoler les braises un peu plus loin. Comme ça ne marche pas, il encercle le feu d’un fil d’eau (il dispose d’une bouteille d’un litre). Ça ne marche pas mieux. Le feu fini par s’étendre de lui même par manque de bois. Maxence, qui d’un oeil expert observe la scène nous dit : « il est pas très efficace Choupinet ». Comme Choupinet a toujours faim, il remet une caisse de bois sur les braises …

C’est le mont Ararat qu’on voit là ?

Nous sommes en Cappadoce en Turquie, nous admirons le paysage depuis Uçisar. On voit au loin un sommet enneigé, il s’agit du mont Argée. Un touriste allemand s’approche de Katja et s’enquiert « Ce ne serait pas le Mont Ararat que l’on voit là-bas ? ». J’ai failli lui répondre « Oui, et si on regarde de l’autre côté, en plissant les yeux, on aperçoit Sainte Sophie aussi ».

Les popines de Brasov

A Brasov en Roumanie, tout comme à Varna en Bulgarie, nous croisons des filles habillées entièrement de couleurs fluo, les faisant ressembler à des sémaphores. nous les nommerons les « popines de Brasov », terme qui identifiera toutes les filles habillées de fluo que nous croiserons pour la suite du voyage.

Il est tout seul ?

Nous longeons le lac de Van et Katja lit (à haute voix) ce qu’en dit le Lonely Planet. Ce lac est tellement salé qu’une seule espèce de poisson peut y survivre. Maxence ne comprend pas et dit « Quoi ? » « Un seul poisson vit dans ce lac », « Ah ouais ? Il est tout seul ».